Trou noir

Un air crispé qui entre à l’aube
Tapage et carnage interne qui rodent
Seu,l isolé, à écouter le vent hurler
Les heures, les jours les mois qui passent
Au bord du ravin avant que tout casse
Au bout de sa corde, tout s’effiloche
Il calle plus creux

Presqu’au fond de la bouteille
Il noie ses démons
Trous noirs en vue,
Il n’ose pas dire son nom

Presqu’au fond de la bouteille
Il noie ses démons
Trous noirs en vue,
Il n’ose pas dire son nom

La rage bouillonne
Sa tête le trahit
Revolver en main… son grand ami

Presqu’au fond de la bouteille
Il noie ses démons
Trous noirs en vue,
Il n’ose pas dire son nom
Il n’ose pas dire son nom

Il n’ose pas dire son nom
Il n’ose pas dire son nom…